DRÔLE(S) DE DAME(S), opéra-vaudeville en trois actes de Georges Feydeau, Eugène Durif et Philippe Labonne.

Mise en scène et scénographie : Philippe Labonne, lumières : Franck Roncière, costumes : Olivier Bériot,

avec : Marie-Louise Duthoit, Jean-Francois Sirérol et Nicolas Ducloux (piano).

Production : Le Théâtre en Diagonale, Festival Les Malins Plaisirs (Montreuil sur Mer), Théâtre du Beauvaisis – scène conventionnée de Beauvais.

 

Quelques chiffres:

1 femme aux prises avec la trahison

3 monologues écrits par Georges Feydeau

1 réponse contemporaine d’Eugène Durif

1 opéra-minute composé par Isabelle Aboulker

11 airs extraits du répertoire lyrique international

1 bluette pour adolescente contrariée

1 groupe britannique de renommée internationale (guest star)

 

« Duthoit, Labonne, Durif, Aboulker et quelques autres … »

ou « comment en est-on arrivé là ?

notes d’intention en forme de notice biographique

 

1.

Nous nous rencontrons au Festival de Montreuil-sur-Mer. Marie-Louise chante dans un opéra de Boeldieu. Une voix magnifique. Une puissance de jeu inhabituelle.

Je me dis que je dois travailler avec elle. Je mets en scène « Le Barbier de Séville » à l’Opéra de Limoges. Je lui propose le rôle de Rosine. Elle est enthousiaste.

Malheureusement, le temps passe trop vite. Elle ne sera pas Rosine. Je l’embarque tout de même dans l’aventure. Elle sera la co-adaptatrice de ce « Barbier » et mon assistante à la mise en scène. Nous apprenons à nous connaître. Je le vois, son boulot d’assistante la frustre ; elle souffre de ne pas être sur le plateau.

Il nous semble de plus en plus inenvisageable que nous ne menions pas au bout un projet commun.

On cherche …

Elle a en magasin un récital dont elle se dit qu’elle ferait bien quelque chose de plus ambitieux. Des airs qu’elle porte en elle depuis longtemps, qu’elle a assemblé en un programme de concert autour d’un thème : les hommes parlent des femmes.

- « La forme ! », me dit-elle, « La forme ! Il faut travailler la forme ! trouver un lien. Écrire peut-être. Mettre de l’ordre. »

Je réponds :

- « Mettre en scène, alors … »

- « Oui, c’est ça, mettre en scène … Mais il faut que tu écoutes d’abord ! J’ai un enregistrement. Tu écoutes et tu me dis … »

J’écoute et je retrouve intact ce qui m’avait fait dire qu’un jour je travaillerai avec Marie.

Conquis, je l’appelle tout de suite et lui dis que « oui d’accord, on se lance ». Je ne sais pas encore qu’elle forme définitive ça prendra mais que je vais chercher et que forcément je trouverai, et que j’ai bien une petite idée en tête mais que bon pour l’instant, je préfère ne pas en parler, parce que, bon, elle comprend …

Oui, elle comprend …

Je raccroche. Je n’ai pas le début du commencement d’une idée, mais bon …

Quoique … Je me dis que tout est dans cette petite phrase qui me trotte en tête : « elle est seule en scène, elle chante.»

Je ne sais pas où je vais mais je sens bien qu’elle va devoir me raconter une histoire. Parce que j’admire la chanteuse, mais j’admire plus encore la comédienne. Il me faut des monologues. Des monologues de femmes. Et de femmes amoureuses par dessus le marché.

Et là, le déclic !

 

2.

- Allô Marie, c’est moi, je crois que j’ai trouvé …

Elle me répond :

- T’as trouvé quoi ?

- Le fil rouge, l’armature, ce qui va structurer le spectacle …

- Quel spectacle ?

- Comment ça « quel spectacle ? ». Le tien, enfin le notre, le récital … enfin, du coup, qui serait plus un récital …

- Ah, oui, « Drôle(s) de Dame(s) »

- Pardon ?

- Oui, j’ai oublié de te le dire, j’ai envie qu’il s’appelle comme ça le spectacle : « Drôle(s) de Dame(s) », parce que … les femmes, … les hommes …enfin, j’ai envie qu’il s’appelle comme ça, voilà !

Je ne dis rien. Elle s’inquiète.

- T’aimes pas ?

Je me réveille.

- Ah si, j’aime beaucoup, ça me semble très juste ; D’autant que moi, j’ai trouvé des monologues de Feydeau sur lesquels on pourrait travailler …

La voix est inquiète.

- De Feydeau ?

- Oui, de Feydeau !

Elle ne dit rien, puis …

- Enfin Feydeau, c’est du théâtre et moi, je suis … enfin, je suis pas …

- J’étais sûr que t’allais me dire ça … T’es pas quoi ?

drolededame298
GEORGES FEYDEAU /
EUGÈNE DURIF
2009